prev
    next
    10 juillet 2018 / Ouverture des commerces jusqu'à 17h le samedi

    LA LIBERTE - 10 juillet 2018 - Les magasins du canton de Fribourg pourront-ils bientôt fermer une heure plus tard le samedi, soit à 17 heures? Le débat est relancé. Le Conseil d'Etat a transmis hier son projet de changement de loi au Grand Conseil. Il a juste omis un détail: prévoir des compensations pour le personnel de vente. Un détail qui n’en est pas un: en 2009, les citoyens fribourgeois ont refusé cette prolongation malgré un allégement de l’horaire en semaine. Les mentalités ont-elles évolué depuis ? La bataille sera rude car les syndicats annoncent déjà qu’ils lanceront un référendum.

    Très attendue par certains, crainte par d'autres, l'ouverture prolongée des commerces - jusqu'à 17 h au lieu de 16 h le samedi - franchit une étape supplémentaire. Pour rappel, en juin de l'année passée, le Grand Conseil fribourgeois avait validé une motion en ce sens émanant du démocrate du centre Stéphane Peiry et du démocrate-chrétien Laurent Dietrich, représentant tous deux la ville de Fribourg. Hier, le Conseil d'Etat a rendu public un projet de modification de la loi sur l'exercice du commerce, concrétisant cette volonté.

    Un texte succinct qui se limite à une prolongation d'une heure, sans proposer de compensation (par exemple la suppression des nocturnes en semaine). Dans son message, le Conseil d'Etat indique également avoir réuni autour d'une table des représentants des commerces et les milieux syndicaux dans l'objectif de rédiger une éventuelle convention collective de travail, réclamée depuis longtemps par les syndicats. Mais sans obtenir de résultats pour le moment. «Les autorités politiques ont des responsabilités, mais elles ne les assument pas», déplore Armand Jaquier, secrétaire régional du syndicat Unia, précisant toutefois: «Obtenir des conditions de travail correctes ne doit pas se faire dans le cadre d'un marchandage.»

    Concurrence croissante  

    Pour sa part, Laurent Dietrich regrette que l'élaboration du projet de loi n'ait pas donné lieu à une analyse fouillée sur l'état du commerce de détail. «Il ne s'agit pas seulement de changer un chiffre dans la loi. Le texte n'aborde pas la question de la concurrence que représentent les autres cantons et le commerce en ligne. Aujourd'hui, le consommateur est plus mobile, il va parfois même à l'étranger pour faire ses courses. L'enjeu, c'est que les gens restent dans le canton pour leurs achats», commente le député.

    Fribourg est en effet moins libéral que ses voisins. Les magasins ont carte blanche jusqu'à dix­-sept heures dans le canton de Berne et même une heure plus tard à Neuchâtel. Le canton de Vaud a également opté pour une fermeture à dix-sept heures, avec des exceptions jusqu'à dix­-huit heures dans les grandes villes. A noter qu'à Fribourg des exceptions existent déjà: les kiosques, les magasins situés à l'intérieur des gares ou sur des aires autoroutières, les stations-­service ou encore les laiteries bénéficient de dérogations. De même que les zones considérées comme touristiques.

    L'ombre du référendum

    Si le projet de loi est accepté tel quel par le Grand Conseil - le débat aura certainement lieu l'automne prochain - le syndicat Unia envisage très sérieusement de recourir au référendum. «Il n'y a pas d'autre choix», estime Armand Jaquier, craignant une dégradation des conditions de travail pour le personnel, notamment un fractionnement des horaires. « Une prolongation des heures d'ouverture n'est pas la solution aux problèmes que rencontre actuellement le commerce de détail. Bon nombre de familles seront privées de leur samedi soir», ajoute le syndicaliste.

    Pour rappel, la population fribourgeoise s'était déjà prononcée sur cette même question en 2009. Le verdict avait alors été limpide: l'ouverture prolongée avait été balayée par plus de 57% des votants, alors même que le projet de l'époque proposait une compensation au niveau des ouvertures nocturnes en semaine. En 2005, les Fribourgeois avaient en revanche dit oui à l'ouverture jusqu'à 21 h des shops (63% d'avis favorables), en échange de la garantie d'une convention collective de travail dans la branche.

    Membres

    prev
      next

       

       

       

       

      ACTUALITÉS

      10.07.2018

      Ouverture des commerces jusqu'à 17h le samedi

      Le projet de modification de la loi sur l'exercice du commerce est rendu public.

      23.05.2018

      L'inquiétante réalité du commerce de détail: enquête de la CCIF

      CHF 290 mio dépensés par les fribourgeois sur internet et grande perte dûe au tourisme d'achat.